Imprimir

Neuvaine février 2015

Imprimir

Jeudi 29 janvier

 Neuvaine

Etudions bien Jésus Christ et formons-nous sur ce grand modèle. (Marie Rivier)

Connaître Jésus Christ dans l’Évangile, vivre Jésus Christ dans ses mystères, montrer et enseigner Jésus Christ par toute notre vie (C3).

Le connaître, lui, le Christ (Ph 3, 10) en qui sont cachés tous lestrésors de la sagesse et de la connaissance (Col 2, 3).

Je ne veux savoir parmi vous que Jésus-Christ.

Je sens si fort la nécessité de nous former en Jésus-Christ, et de pratiquer ses vertus toute notre vie, que je ne veux désormais vous parler que de lui ; et ce bon Sauveur m'y porte lui-même, parce qu'il veut être aimé et servi par nous d'une manière particulière. Que ne puis-je me transporter tous les jours auprès de toutes mes chères Filles, et au milieu de leurs enfants, pour leur dire sans cesse : Etudiez Jésus-Christ, aimez Jésus-Christ, imitez Jésus-Christ, faites-le connaître et aimer partout ». (Marie Rivier, Ecrits Spirituels, p. 17)

Hymne :au choix

Psaumes du jour

Parole de Dieu          Mt 11, 27-30              Jn 14, 5-11a 


 Commentaire

« Pour Marie Rivier, connaître Jésus, l'aimer, l'imiter, le faire connaitre et aimer, c'est tout un. Nous pouvons deviner avec quelle ardente passion elle a dû scruter l'Évangile pour recueillir chacune des paroles de Jésus, contempler chacun de ses gestes et surtout pénétrer les sentiments de son cœur, entrer dans ses dispositions et attitudes intérieures pour y conformer les siennes. Elle dira de tant de manières à ses filles : Tenez-vous continuellement avec Jésus et près de lui ; méditez-le, étudiez-le sans cesse ; imprimez-le dans vos cœurs, en conformant vos pensées, vos désirs, vos affections et vos actions aux siennes. Nos premières sœurs ne connaissaient pas le bonheur d'avoir la Sainte Écriture à portée de la main, alors Marie Rivier se met à écrire pour elles La Vie de Jésus-Christ à partir de l'œuvre du P. Nouet. Bientôt, elle a la joie d'informer Sœur Toussaint : Il ne se parle ici que de la Vie de Jésus-Christ. Les assemblées, les lectures se font toutes sur le livre des Méditations. Les précieux volumes ne tardent pas à partir dans toutes les directions. Sœur Thérésia reçoit cet avertissement : Je ne vous donne ces livres qu'à condition que vous deveniez un autre Jésus-Christ... c’est dans ce désir que je vous embrasse de tout mon cœur(Mère Carmen, Etudions bien Jésus Christ, 8 mai 1993, p. 15).

« Il nous faut, avant tout, faire apparaître la splendeur fascinante de cette vérité qui est Jésus Christ lui-même. En Lui, qui est la Vérité (cf. Jn 14, 6), l'homme peut comprendre pleinement et vivre parfaitement, par ses actes bons, sa vocation à la liberté dans l'obéissance à la Loi divine, qui se résume dans le commandement de l'amour de Dieu et du prochain. Cela se réalise par le don de l'Esprit Saint, Esprit de vérité, de liberté et d'amour».  (Jean-Paul II Encyclique Veritatis Splendor, nº 83).

"On connaît Jésus dans la réalité de la vie de tous les jours. On ne peut le connaître dans la tranquillité, ou dans les bibliothèques. Certes, on peut le connaître dans le Catéchisme, parce qu’il nous enseigne un tas de choses sur Jésus et nous devons l’étudier, nous devons l’apprendre. Mais surtout connaître Jésus dans le dialogue avec Lui, en Lui parlant, dans la prière, à genoux. Si tu ne pries pas, si tu ne parles pas avec Lui, tu ne le connais pas. Tu sais des choses sur Jésus, mais ce n’est pas la connaissance que te donne le cœur dans la prière.

Connaître Jésus avec l’esprit, par l’étude du Catéchisme et connaître Jésus avec le cœur, dans la prière, dans le dialogue avec Lui. Tout cela nous aide beaucoup, mais ce n’est pas suffisant. Il y a un troisième chemin pour connaître Jésus : Le suivre. Aller, marcher avec Lui. Connaître Jésus avec le langage de l’action." (Pape François, 26 septembre 2013)

« Nous assimilons les paroles des livres mais les paroles de l'Évangile nous pétrissent, nous modifient, nous assimilent pour ainsi dire à elles. Les paroles de l'Evangile sont miraculeuses... Dans chaque phrase de Jésus, dans chacun de ses exemples, demeure la vertu foudroyante qui guérissait, purifiait, ressuscitait. A condition d'être vis-à-vis de lui comme le paralytique ou le centurion... Quand nous tenons notre Évangile dans nos mains nous devrions penser qu'en lui habite le Verbe qui veut faire chair en nous, s'emparer de nous, pour que son cœur greffé sur le nôtre, son esprit branché sur notre esprit, nous recommencions sa vie... Approfondir l'Evangile de cette façon-là, c'est renoncer à notre vie pour recevoir une destinée qui n'a pour toute forme que le Christ ».  (Madeleine Delbrel, La joie de croire, éd. du Seuil, p. 31).


 

Cantique évangélique

Toi, tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie, (Lc 3,22).

Louanges et intercessions

R/ Nous te louons, Seigneur, et nous te bénissons

1- Béni sois-tu, Seigneur, pour ceux et celles qui te cherchent avec un cœur pur et ont le désir profond de te connaître et de t’aimer. Que la force de ton Esprit nous donne un nouvel élan pour t’annoncer au monde d’aujourd’hui. R/

2- Béni sois-tu, Seigneur, pour ton appel à la sainteté ; fais de nous des témoins d’espérance, de foi et d’amour, afin que ton nom soit connu et aimé sur toute la terre R/

3- Béni sois-tu, Seigneur. Par la force de ton Esprit, l’Evangile se répand dans le monde. Que ta grâce nous soutienne afin qu’avec un cœur libre, nous marchions, avec joie, à ta suite, R/

Prions

Dieu notre Père, que ton Esprit de sagesse et de miséricorde, nous transforme par ses dons, que le désir de te connaître et aimer chaque jour davantage, soit une réalité vivante et aimante. Nous te demandons par Jésus Christ ton Fils notre Seigneur, dans l’unité de l’Esprit Saint. Amen. 

  

La charité nous presse
de révéler à ceux qui nous interrogent
l’espérance que nous habite C99.

Imprimir

Mercredi 28 janvier

J'ai décidé de ne rien savoir parmi vous
sinon Jésus Christ et Jésus Christ crucifié (1 Co 2, 2).

« Si nous voulons suivre le Christ de près, nous ne pouvons pas chercher une vie facile et tranquille. Elle sera engagée mais pleine de joie» (Pape François ‏10 juillet 2014).

Le grand besoin du monde de nos jours est celui de voir Jésus, c’est-à-dire avoir une connaissance personnelle du Sauveur des hommes. Combien de fois ceux qui enseignent la foi chrétienne donnent-ils tout aux âmes affamées des hommes, tout excepté ce dont elles ont le plus besoin, une connaissance personnelle de Jésus-Christ crucifié !

Hymne :au choix

Psaumes du jour

Parole de Dieu          Ph 2,5-11        2 Tm 1,7-12


 

Commentaire

La connaissance de Jésus Christ est l'essentiel du message laissé par Marie Rivier, la connaissance du mystère de la Croix s'y manifeste avec un relief puissant. La Servante de Dieu est fascinée par le mystère de la Croix. Elle veut que son acte de consécration, celui de ses sœurs, soit un engagement effectif à participer au mystère de la Croix du Christ. Saint Paul, leur écrit-elle, faisait profession de ne savoir rien d'autre que Jésus Christ crucifié.

« Apprenons à « perdre notre vie » pour le Christ, selon la logique du don et du sacrifice. Avec le Christ nous ne perdons rien! » (Pape François, ‏ 29 juin 2014).

«Si quelqu'un veut venir à ma suite, qu'il se renie lui-même, qu'il se charge de sa croix chaque jour, et qu'il me suive» (Lc 9, 23). C’est-à-dire qu’il nous dit que pour arriver avec Lui à la lumière et à la joie de la résurrection, à la victoire de la vie, de l’amour, du bien, nous devons nous aussi nous charger de la croix de chaque jour, comme nous y exhorte une belle page de l’Imitation du Christ: «Prenez donc votre Croix et suivez Jésus, et vous parviendrez à l'éternelle félicité. Il vous a précédés portant sa Croix (Jn 19, 17) et il est mort pour vous sur la Croix afin que vous aussi vous portiez votre Croix, et que vous aspiriez à mourir sur la Croix. Car si vous mourez avec lui, vous vivrez aussi avec lui ; et si vous partagez ses souffrances, vous partagerez sa gloire» (Benoît XVI, Pâques 2008).

"La Croix du Christ renferme tout l’amour de Dieu, son immense miséricorde. La Croix du Christ nous invite aussi à nous laisser contaminer par cet amour. Sur la Croix du Christ déposons nos joies, nos souffrances, nos succès ; nous y trouverons un Cœur ouvert qui nous comprend, nous pardonne, nous aime et nous demande de porter ce même amour dans notre vie, d’aimer chacun de nos frères et de nos sœurs avec le même amour".  (Pape François au terme du Chemin de Croix, Rio de Janeiro, 26 juillet 2013)

« Mais où désirais-je en venir ? Tout simplement et merveilleusement à Mère Rivier car déjà, derrière l'autel des Pénitents de Montpezat, la solitude de la chapelle n'était pas le vide, pas plus que cette petite chambre la plus reculée de son cœur de petite fille infirme. Marie a été très vite remplie de la présence si forte de ce Christ que lui offrait sa Mère au cœur meurtri. Elle n'avait pas même eu à ouvrir la porte pour qu'il entre et prenne possession de sa maison intérieure. Elle n'était qu'attente, pure capacité, et Jésus a fait irruption dans son âme et a pris tout de suite toute la place. Et précisément le Christ pascal, l'Agneau de Dieu qui a été conduit un jour à l'abattoir, portant sur lui toute la crasse et toute la misère et toute la souffrance et le péché du monde afin de l'en délivrer et de le transfigurer en monde de lumière. Elle l'a vu en vérité et profondeur. (…) À cette école de la croix et du cœur, Mère Rivier se dilate à la dimension du monde et de l’histoire » (P. Lassus, Une flamme de feu p. 24-25 et 27).

Par nos vœux de chasteté, de pauvreté et d’obéissance, notre vie épouse toute la vie du Christ. Entièrement livrée avec la sienne aux volontés du Père, nous l’offrons en sacrifice saint pour la gloire de Dieu et le salut du monde (C 4).

« Dieu a tant aimé le monde qu'il nous a donné son Fils et, en Jésus Christ, l'homme a tant aimé Dieu qu'il s'est donné entièrement à Lui.  C'est le sens de notre consécration baptismale, reprise avec une volonté de plus grande plénitude dans notre consécration religieuse.

Notre vie épouse toute la vie du Christ, passée dans la sienne et la sienne en nous. Son sacrifice est devenu notre sacrifice et son offrande notre offrande : l'offrande de nous-mêmes, les unes des autres, et du monde entier, le sacrifice de l'amour et de l'unité, de la louange et de l'action de grâce.

Marie Rivier a vécu cela et elle nous l'a enseigné. Notre Règle, toute pétrie de son esprit, nous invite à chaque page, à le vivre de façon pleine et radicale, en fidélité à notre appel, et elle nous en montre le chemin. Notre vocation suppose une capacité de nous livrer ainsi, un don de l’Esprit Saint auquel nous devons nous ouvrir toujours à nouveau, dans une délicate fidélité, jusqu'à la fin de notre vie».


 

Cantique évangélique

Le monde est crucifié pour moi et moi pour le monde (Ga 6, 14).


 

Louanges et intercessions

R/ Nous te rendons grâce, ô notre Dieu

1- Père très saint, tu as rempli le cœur de Marie Rivier d’un amour brûlant pour Jésus Christ. C’est lui seul qu’elle a cherché, contemplé dans ses mystères, lui seul qui a fait tout son bonheur, R/

2- Père très saint, Marie Rivier n'a voulu connaître que Jésus-Christ qui a comblé sa vie, nourri son esprit et son cœur. Elle était habitée par cet unique amour et sa joie était de parler de Jésus-Christ, R/

3- Père très saint, Marie Rivier s'est laissée envahir par le zèle ardent du cœur de Jésus-Christ. Elle a été la Femme-Apôtre et nous a communiqué son secret : Soyez absolument à Jésus Christ, R/

4-Père très saint, Marie Rivier s'est offerte à l'amour de Jésus-Christ en communiant à sa croix. Pour la merveilleuse fécondité de sa vie qui se prolonge depuis deux siècles dans notre famille religieuse, R/

Prions

Bienheureuse Mère Rivier,
afin que nous devenions de plus en plus conformes à Jésus Christ,
obtiens-nous le courage de combattre notre orgueil,
de laisser mourir en nous toute volonté de puissance.
Obtiens-nous la grâce de nous tenir petites devant Dieu,
dans la confiance et l'abandon de qui attend tout de lui,
acceptant délibérément d'être au nombre des petits et des humbles,
de ceux que le monde opprime ou ignore,
mais à qui Jésus promet la béatitude parce qu'il sont ouverts au don de Dieu. Amen.
 

Jésus Christ est le seul trésor
que nous devons posséder
dans l’éternité,

                           Marie Rivier

Imprimir

Mardi 27 janvier

Ma vie, c’est Jésus Christ ! (Marie Rivier)

Il m'a aimé, s'est livré pour moi (Ga 2, 20).

 

Je vous exhorte à vous offrir vous-même en sacrifice vivant, saint et agréable à Dieu : ce sera là votre culte spirituel (Rm 12, 1).

Le monde est crucifié pour moi et moi pour le monde (Ga 6, 14).

En effet, pour moi, vivre c’est le Christ, et mourir est un avantage (Ph 1,21).

 

« En tout et partout, abîmez-vous dans cet océan d'amour et de charité du cœur de Jésus ; et, s’il est possible, n'en sortez plus que vous ne soyez pénétrées du feu dont ce cœur est embrasé pour Dieu et pour les hommes, comme le fer dans la fournaise, ou comme l'éponge est plongée dans la mer et pénétrée par ses eaux» (Marie Rivier, Instructions familières. p. 323).

« Suivez radicalement le Christ ! L'amour pour sa personne et la consécration à son œuvre rédemptrice constituent votre option de vie. Par la profession religieuse vous l'avez choisi, lui, de façon si radicale, que l’insondable richesse du Christ (Ep 3, 8) est devenue le centre et la mesure de tout autre engagement». (Jean Paul II, Costa Rica, 3 mars 1983)

Hymne :au choix

Psaumes du jour

Parole de Dieu          Ph 3,8-11        Jn 15,1-8       


 

Commentaire

« La vie consacrée est appelée à incarner la Bonne Nouvelle, à la sequela du Christ, le Crucifié Ressuscité, à constituer en vérité une mémoire vivante du mode d’existence et d’action de Jésus comme Verbe incarné par rapport à son Père et à ses frères. Il s’agit d’assumer son style de vie, d’adopter ses attitudes intérieures, de se laisser envahir par son esprit, d’assimiler sa surprenante logique et son échelle des valeurs, de partager ses risques et ses espérances : « Guidés par l’humble et heureuse certitude de celui qui a été trouvé, rejoint et transformé par la Vérité qui est le Christ et qui ne peut pas ne pas l’annoncer.

 

Le fait de demeurer dans le Christ nous permet d’accueillir la présence du Mystère qui nous habite et dilate notre cœur à la mesure de son cœur de Fils. Celui qui demeure dans son amour est attaché à la vigne comme le sarment (cf. Jn 15,1-8), entre dans la familiarité du Christ et porte du fruit : Demeurer en Jésus ! C’est demeurer attachés à Lui, à l’intérieur de Lui, avec Lui, parlant avec Lui.  Le Christ est le sceau sur le front, il est le sceau sur le cœur : sur le front, pour que nous le professions toujours ; sur le cœur, pour que nous l’aimions toujours ; il est le sceau sur le bras, pour que nous agissions toujours ». La vie consacrée en effet est un appel continu à suivre Jésus et à être conformé à lui». (Réjouissez-vous, Lettre circulaire aux consacrés, n° 5).

Saisies par le Christ en la puissance de son mystère, nous avons voulu tout perdre pour le suivre plus librement et lui devenir semblables dans son oblation (C12).

« La foi dans le Christ nous sauve parce que c’est en lui que la vie s’ouvre radicalement à un Amour qui nous précède et nous transforme de l’intérieur, qui agit en nous et avec nous.

Le Christ est descendu sur la terre et il est ressuscité des morts ; par son Incarnation et sa Résurrection, le Fils de Dieu a embrassé toute la marche de l’homme et demeure dans nos cœurs par l’Esprit Saint. La foi sait que Dieu s’est fait tout proche de nous, que le Christ est un grand don qui nous a été fait, don qui nous transforme intérieurement, nous habite, et ainsi nous donne la lumière qui éclaire l’origine et la fin de la vie, tout l’espace de la marche de l’homme » (Pape François, Lettre encyclique, Lumen fidei, nº 20).

"Il existe un besoin impérieux de voir l’apparition d’une nouvelle génération d’apôtres ancrés fermement dans la parole du Christ, capables de relever les défis de notre temps et prêts à répandre l’Evangile sous toutes les latitudes" (Jean Paul II).


 

Cantique évangélique

Jamais d'autre titre de gloire que la croix de Notre Seigneur Jésus Christ(Ga 6, 14).

PRIERE A JÉSUS de Marie Rivier

« O Jésus, dont le nom est doux comme une huile répandue ; ô Jésus, dont le nom exhale, répand une odeur plus suave que celle du parfum le plus exquis ; ô Jésus, dont le nom sacré est du miel pour ma bouche, une mélodie pour mes oreilles, et un chant d'allégresse pour mon cœur ; soyez-moi véritablement Jésus et sauvez-moi.

O Jésus qui avez toujours vécu, qui vivez encore et ne cesserez jamais de vivre pleinement et parfaitement en Marie, votre Mère, venez et vivez ainsi en moi votre humble servante ; venez et vivez-y dans votre esprit de sainteté ; venez et vivez en moi dans la perfection de vos voies qui sont toutes belles et pacifiques, pour me conduire droit à la possession du souverain bien.

O Jésus, venez et vivez en moi dans la vérité de vos vertus, pour me faire courir sur vos traces à l’odeur de vos divins parfums, et me rendre conforme à vous mon parfait modèle ; venez et vivez en moi dans la communion de vos mystères » (M.V.J.C., tome III, pp. 442-443).


 

Prions :

Dieu notre Père, tu as attiré fortement Marie Rivier à ton divin Fils : elle ne voulait savoir que Jésus Christ. Accorde-nous, par l'intercession de ta servante, ce même amour ardent qui nous le fasse étudier et méditer sans cesse. Que son visage s'imprime en nous pour que toute notre vie le révèle au monde. Nous te le demandons par le même Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur. Amen.  

Le sommet de la prière, c'est la vie livrée avec le Christ D 32.

 

Imprimir

Lundi 26 janvier

Jésus, est le ‘plus beau des enfants des hommes’ (Ps 45(44) ,3), l'Incomparable ! (VC 15).

 

On l’appellera : l’Admirable (Is 9,5).

Jésus est le reflet de la gloire de Dieu (He 1,3).

L’image du Dieu invisible (Col 1,15).

« Ó Jésus, le plus beau et le plus aimable des enfants des hommes, l’honneur, la gloire et les délices de la terre aussi bien que du ciel, soyez à jamais toute notre science et notre unique sagesse.

Il faut aimer Jésus Christ de tout son cœur, de toute son âme, de toutes ses forces. Pour l'aimer, il faut un grand cœur plein d'amour. Oh ! Que l’amour de Jésus Christ est grand, qu'il est fort, qu'il est large, qu'il est profond. Entendez parler Saint Paul : Rien ne nous séparera de l’amour de Jésus Christ (Marie Rivier).

Hymne :au choix

Psaumes du jour

Parole de Dieu          Jean 1,1-5.9.14.18    

AU COMMENCEMENT était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.Il était au commencement auprès de Dieu.C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui.

En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée.

Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître.

Mt 17, 1-9 : Et il fut transfiguré devant eux

Commentaire

Cette lumière éclaire ses fils, tous également appelés à suivre le Christ en fondant sur Lui le sens ultime de leur vie, au point de pouvoir dire avec l'Apôtre : « Pour moi, vivre, c'est le Christ ! » (Ph 1, 21). Les personnes appelées à la vie consacrée font certainement une expérience unique de la lumière qui émane du Verbe incarné. « Il est heureux que nous soyons ici ! » (Mt 17, 4). Ces paroles disent l'orientation christologique de toute la vie chrétienne. Toutefois, elles expriment avec vigueur le caractère radical qui donne son dynamisme profond à la vocation à la vie consacrée : comme il est beau pour nous de rester avec Toi, de nous donner à Toi, de concentrer de manière exclusive notre existence sur Toi ! En effet, celui qui a reçu la grâce de cette communion d'amour spéciale avec le Christ se sent comme saisi par son éclat : Il est le « plus beau des enfants des hommes » Ps 45(44), l'Incomparable VC 15.

Le Christ est « la Bonne Nouvelle éternelle » (Ap 14, 6), et il est «le même hier et aujourd’hui et pour les siècles » (He 13, 8), mais sa richesse et sa beauté sont inépuisables. Il est toujours jeune et source constante de nouveauté. L’Église ne cesse pas de s’émerveiller de « l’abîme de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu ! » (Rm 11, 33). Saint Jean de la Croix disait :

« Cette épaisseur de sagesse et de science de Dieu est si profonde et immense que, bien que l’âme en connaisse quelque chose, elle peut pénétrer toujours plus en elle ». Ou encore, comme l’affirmait saint Irénée : « Dans sa venue, le Christ a porté avec lui toute nouveauté ». Il peut toujours, avec sa nouveauté, renouveler notre vie et notre communauté, et même si la proposition chrétienne traverse des époques d’obscurité et de faiblesse ecclésiales, elle ne vieillit jamais. Jésus Christ nous surprend avec sa constante créativité divine. Chaque fois que nous cherchons à revenir à la source pour récupérer la fraîcheur originale de l’Évangile, surgissent de nouvelles voies, des méthodes créatives, d’autres formes d’expression, des signes plus éloquents, des paroles chargées de sens renouvelé pour le monde d’aujourd’hui. En réalité, toute action évangélisatrice authentique est toujours «nouvelle» (Pape François, Evangelii Gaudium, nº 11).

Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l'aube : mon âme a soif de toi ; après toi languit ma chair, terre aride, altérée, sans eau. Je t'ai contemplé au sanctuaire, j'ai vu ta force et ta gloire. Ton amour vaut mieux que la vie : tu seras la louange de mes lèvres ! Toute ma vie je vais te bénir, lever les mains en invoquant ton nom (Ps 63 (62), 2-5).

“Jésus-Christ est la source de l'unité de l'Église et le Chemin qui conduit à une plus grande communion. C'est pourquoi, il est le Chemin que, tous, dans l'Église, doivent nécessairement emprunter. Son Esprit incite l'Église tout entière à une communion plus profonde avec Dieu, en tant que la Trinité, et avec les uns et les autres» (Synode des évêques, assemblée spéciale pour l’Océanie, nº 2, 1997).

Jésus Christ est au cœur de la vie de Marie Rivier comme il est au centre du dessein de Dieu sur nous (C1).

Cantique évangélique :

Rien ne nous séparera de l’amour de Jésus Christ (Rm 8,38-39).

Louanges

R/ Nous te bénissons Dieu notre Père

1- Dieu, notre Père, de quel amour gratuit tu fais preuve à notre égard ! Tu nous devances toujours et nous cherches inlassablement pour nous parler au cœur et nous attirer à toi. R/

2- Dieu, notre Père, de quelle tendresse tu nous aimes ! Tu nous donnes un nom nouveau, celui que l’Epoux offre à son épouse comme une promesse de bonheur. R/

3- Dieu, notre Père, de quelle fidélité tu nous entoures ! Les montagnes peuvent s’écarter, les collines chanceler, ton Alliance avec nous demeure à tout jamais. R/

4- Père très saint, tu as rempli le cœur de Marie Rivier d’un amour brûlant pour Jésus Christ. C’est lui seul qu’elle a cherché, contemplé dans ses mystères, lui seul qui a fait tout son bonheur. R/

Prions :

Père de miséricorde et Dieu de toute consolation, tu nous as donné Jésus, ton Fils bien-aimé. Nous t'en supplions, accorde nous de demeurer en Jésus, consommés dans l’amour divin pour que tout en nous s'accomplisse en son humilité et en sa charité et pour que, par son intercession, se réalisent les justes désirs de nos vies. Par le même Christ, notre Seigneur….